samedi 1 août 2020

Réouverture de nos librairies!

Multi BD a rouvert ses portes aux horaires habituels (du lundi au samedi de 10h30 à 19h, le dimanche et les jours fériés de 12h30 à 18h30).
Afin de garantir la sécurité de tous nos libraires et des visiteurs, nous avons décidé d'instaurer les règles suivantes :
- Un maximum de 8 clients présents en même temps dans la librairie ;
- A votre entrée en magasin, obligation de se laver les mains avec un gel hydroalcoolique que nous mettons à votre disposition, ceci afin de permettre à chacun la manipulation des BD ;
- Même si nous acceptons le paiement en espèces, nous privilégions le paiement par carte (sans contact jusque 50 €) ;
- Pas de file à la caisse, nous vous invitons à ne vous y présenter que lorsqu'un de nos collaborateurs y est disponible ;
- La caisse sera protégée par un plexi transparent et nos collaborateurs porteront un masque.
Ces règles pourront bien sûr être modifiées en fonction de l'évolution de la crise Covid 19.
Conscients que certains ne peuvent ou ne veulent pas encore se déplacer jusque chez nous ou déambuler dans nos rayons, nous continuons notre service de livraison. Vous pouvez nous envoyer vos commandes via info@multibd.com . Vous pouvez aussi nous demander de préparer votre commande et de la laisser à disposition à l'entrée de la librairie.

Merci à tous pour votre soutien.

Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Résultats du concours Black Squaw

Les numéros des ex-libris gagnants du tirage au sort pour remporter un des cinq albums de Black Squaw dédicacés par Henriet sont :

15 – 37 – 57 – 63 – 93

Les clients en possession de ces ex-libris peuvent venir échanger à la librairie Multi BD leur album contre un de ceux dédicacés.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


En attendant Kaamelott

C'est cette semaine qu'aurait dû sortir le film "Kaamelott - Premier Volet" (on en a gros !).

Alors, en attendant que le film arrive enfin sur les écrans, nous vous proposons de découvrir les faits d'armes de nos preux chevaliers de la Table Ronde dans ces aventures inédites !

Et n'oubliez pas : "La patience est un plat qui se mange sans sauce" !

Kaamelott de Steven Dupré et Alexandre Astier, Casterman,  13,30€/p. (13,95€)

(Pour regarder, cliquez sur la vidéo ou sur ce lien.)


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


City Hunter ne meurt jamais

Cette année marque les 40 ans de carrière de Tsukasa Hojo. Alors qu’il est étudiant à Kyushu, Hojo décroche la deuxième place du prestigieux prix Tezuka, organisé par Shūeisha l’éditeur de Shonen Jump. Deux semaines plus tard, il débarque à Tokyo et débute comme mangaka.

Dès 1981, le succès vient avec Cat’s Eyes, les trois sœurs « gentlewomen » cambrioleuses, capables de planter une carte de visite dans un mur en béton d’un simple lancer. Et puis, en 1985, c’est la consécration grâce au « nettoyeur » au grand cœur : City Hunter alias Ryo Saeba, plus connu dans nos contrées par la « génération Dorothée » sous le nom de Nicky Larson.

Mais les relations entre Tsukasa Hojo et l’équipe du magazine Shonen Jump sont compliquées, ce qui amène l’auteur à s’associer au début des années 2000 avec Tetsuo Hara (auteur de Hokuto no Ken/Ken le survivant). Ensemble, ils fondent leur propre maison d’édition. Hojo a maintenant une totale liberté de création.

L’éditeur de Jump entretenait d’Hojo l’image d’un mangaka d’action qui dessine de jolies filles. Le résumé est un peu court. Le véritable fil rouge qui relient toutes les œuvres de l’auteur, tant dans ses séries que dans ses nombreuses histoires courtes (son format préféré), c’est le combat contre l’intolérance que mènent tous ses personnages. Maîtrisant parfaitement l’oxymore, Hojo n’a pas son pareil pour créer un sentiment d’empathie, même pour les plus méchants, quitte pour y parvenir, à pécher par excès de « mielleuserie ». Ryo Saeba, c’est Laura Ingals déguisée en tueur à gages qui aurait déménagé sa petite maison dans la prairie à Shinjiku, quartier animé de Tokyo.

Avec Angel Heart, Tsukasa Hojo tente tout de même de plonger ses personnages de City Hunter dans un univers plus sombre, mais au final, l’antagoniste récurrent (le Caméléon) s’avère surtout être humain et ceci est d’autant plus accentué qu’on ne connaît pas son sexe réel. Ce n’est pas la première fois que l’auteur joue avec les codes liés au genre et aux préférences sexuelles. C’est un sujet qu’il avait déjà exploré dans une de ses précédentes séries : Family Compo (voir plus bas).

Bref, Tsukasa Hojo, c’est du rire et des larmes. Parfois les deux en même temps. Ce sont des récits simples qui posent des questions complexes. Ce sont aussi des personnages hauts en couleur dont certains sont devenus mythiques (qui ne se souvient pas d’Umibôzu/ Mammouth/Falcon, le colosse qui a une phobie des chatons). Le tout reposant sur un dessin hyper réaliste même pour décrire les situations les plus abracadabrantes (comme les apparitions soudaines des massues de Kaori/Laura). Un bon divertissement à (re)découvrir cet été pour 5,00€

Après le décès de son père dans un accident. Masahiko,  jeune étudiant se retrouve seul et sans ressources. Sa tante Yukari lui propose alors d’emménager avec elle, son mari et sa fille. Les Wakanae ont tout de la famille japonaise classique si ce n’est que Yukari la mère est née homme et Sora, le père avait été assigné femme à la naissance. Dès lors, Mashiko s’interroge sur le sexe réel de sa cousine…

Dans cette comédie tendre et touchante, Tsukasa Hojo joue avec les clichés liés au genre. Il s’amuse et nous amuse (car c’est drôle) en démontant les codes et les conventions. Usant de l’humour plutôt que d’un ton moralisateur, le mangaka nous offre une belle leçon de tolérance en traitant le sujet de transidentité sans tabou au travers d’une tranche de vie d’une famille peu ordinaire (si tant est qu’il existe des familles « ordinaires ») mais terriblement attachante.

Family Composérie complète en 12 volumes chez Panini.

Spin-off savoureux de la série d’origine. Les fans se réjouissent d’y retrouver Ryo, Kaori et les autres, tandis que les néophytes découvrent … l’œuvre initiale. En effet, Sokura Nishiki, le dessinateur et co-scénariste avec Tsukasa Hojo de cette nouvelle série, nous replonge 30 ans en arrière grâce à un petit tour de passe-passe scénaristique (et un graphisme ultra fidèle) : de nos jours, dans notre univers, Kaori (qui porte le même prénom que le personnage féminin de City Hunter) est célibataire à 40 ans et prisonnière d’un boulot ennuyeux. Fan inconditionnelle du manga City Hunter, elle se retrouve projetée à l’intérieur de l’œuvre dans la temporalité qui était celle de la création du manga. Redevenue en apparence adolescente (son âge réel à l’époque), elle se retrouve impliquée dans les aventures de Ryo et sa bande, ces mêmes aventures qu’elle a lues et relues depuis près de 30 ans. Et nous voilà donc avec le scénario imaginé par Hojo pour l’histoire initiale mais dont l’issue peut être différente (ou pas) en fonction de l’intervention du nouveau personnage créé par Nishiki. Un tour de passe-passe, on vous disait. Conceptuel, malin et franchement amusant.

City Hunter Rebirth5 volumes disponibles chez Ki-oon, le tome 6 est annoncé pour le 3/9.

Et pour les nostalgiques du « Club Dorothée », retrouvez les animés Signé Cat’s Eyes et Nicky Larson en replay gratuit sur MY TF1.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Collection

Tirage de luxe du #5 de la série Pin Up Wings de Romain Hugault (Paquet)

Ouvrage grand format avec en bonus un poster (100x70cm) et 3 sous-bock. Tirage limité à 690 exemplaires. 69,00€

(Edition classique à 16,00€)


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Chronique

Un Game of Thrones anthropomorphe

Cyrus, le roi d’Angleon, est sur le point de mourir sans laisser d’héritier direct. À la cour des félins, les tensions montent, les jeux d’intrigues se succèdent. Qui montra sur le trône à sa suite ? Tigres, lions, panthères, tous s’imaginent déjà prendre le pouvoir. Au gré des magnifiques planches détaillées et chatoyantes de Jérôme Lereculey, partez à la découverte d’un monde médiéval où les différentes races d’animaux vivent dans un semblant de paix pourtant très fragile. Costumes d’époque, décors imposants, trahisons familiales, intrigues politiques, rien n’est laissé au hasard dans ce véritable Game of Thrones anthropomorphe. D’ailleurs, à l’instar de la série mythique, ne vous attachez pas trop aux personnages… Eh oui, un malheur est si vite arrivé quand on convoite un peu trop le trône du royaume des félins !   (Gaëlle)

Les 5 terres de Lewelyn et Jérôme Lereculey, Delcourt,  14,80€ (15,50€) - le tome 4 est annoncé pour le 30/9.

---

Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Funko


POP! Animation #704: Dragon Ball Z – Piccolo15,95€

POP! Animation #730: Naruto Shippunden – Tsunade15,95€

POP! Heroes #322: WW84 – Wonder Woman flying15,95€

POP! Heroes #324: WW84 – Wonder Woman golden armor15,95€

POP! Disney #733: Frozen II – Olaf with Bruni15,95€

POP! Marvel #573: Avengers endgame – Captain America, 15,95€

POP! Star Wars #174: The Mandalorian - The Child15,95€

Plus de modèles dans nos 2 magasins… Venez les voir!


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


dimanche 12 juillet 2020

Tourisme

Puisque les voyages au long cours sont incertains, nous vous proposons de redécouvrir le centre de Bruxelles avec nous ^-^ !
Jour 1, matin

Nous commençons notre journée à la Gare Centrale, plus précisément à la Galerie Horta où se niche le MOOF museum (cherchez la statue « géante » du schtroumpf sur le champignon). Le musée est dédié aux figurines de collection du 9ème Art, exposées et mises en scène sur plus de 1300 m².
Pas très loin, dans une autre galerie, Galerie Bortier (entrée rue St-Jean, aux pieds du Mont des Arts), nous découvrons la Crypte Tonique, une librairie éditrice «dédiée aux images, qu’elles soient littéraires, mentales ou plastiques et quels que soient leurs supports. » 

Jour 1, après-midi
Après un bon paquet de frites, une casserole de moules ou des boulettes sauce tomate (on vous laisse choisir), nous nous retrouvons rue de l’Etuve, à l’Escape prod. Dans ces jeux d’aventure et d’évasion grandeur nature, nous nous glissons dans la peau des Daltons juste après que Lucky Luke nous ait arrêté. Le but, est bien sûr de s’échapper et de récupérer notre magot. Les plus courageux (ou inconscients ?) préféreront endosser l’imperméable de Blacksad et s’infiltrer dans le repère d’un génie criminel et surtout… Tenter d’en ressortir vivants.
En sortant de l’escape game, nous passons devant le Manneken Pis et nous dirigeons vers le n°35 de la rue de l’Etuve. Au pied de la fresque Tintin, se trouve le Moule à gaufres, librairie spécialisée en bande dessinée qui fait néanmoins la part belle à la pop culture. En entrant dans la boutique, entre les vitrines d’objets para-BD et les bibliothèques de BD, nous revivons un condensé de cette belle première journée de tourisme à Bruxelles.

Jour 2, matin
Rendez-vous rue des Sables pour débuter cette 2ème journée découverte de Bruxelles et la BD. Outre ses expos permanentes, le Centre Belge de la Bande Dessinée nous emmène, cet été, à la découverte de la bande dessinée européenne et d’expositions temporaires d’univers spécifiques à deux auteurs contemporains. La première présente une rétrospective de l'œuvre d'un auteur majeur, le talentueux Juanjo Guarnido, dessinateur notamment de « Blacksad » et des « Indes fourbes », tandis que la seconde exposition explore l'univers espiègle de « Pico Bogue », héros attachant d'une série familiale créée par Alexis Dormal et Dominique Roques. Et pour mieux s’amuser encore, le musée met à disposition gratuitement des carnets de jeux sur ces 2 expositions temporaires.
Jour 2, après-midi
Il est déjà temps d’entamer la dernière partie de notre « voyage » et de partir à la rencontre des fresques qui garnissent les murs du centre de Bruxelles.
Depuis le CBBD (4), nous rejoignons la rue de l’Ecuyer pour une partie de yoyo avec Gaston Lagaffe (36). Nous continuons tout droit vers la rue du Midi et passons devant « le Passage » de Schuiten (2), en bifurquant à droite, nous tombons sur Broussaille (19), lui aussi en balade. Au bout de la rue Platesteen, au coin avec le boulevard Anspach, se trouve, on vous le donne en mille, la librairie Multi BD ^-^.
Après avoir salué ces biens sympathiques libraires, nous traversons le boulevard Anspach pour rejoindre Néron (10) sur la place Saint-Gery. A la rue des Chartreux, nous croisons « l’Ange » d’Yslaire (9) en pleine réflexion. Nous ne le dérangeons pas et nous continuons sur les Chartreux en direction de la rue de la Buanderie où quasi côte à côte, Lucky Luke chasse les Daltons (14) et Astérix…les Romains (15). Place AnneessensIsabelle et la belle Calendula (16) batifolent au bord de l’eau, tandis que plus haut, rue de Philippe de Champagne, XIII (41) hèle un taxi…new-yorkais ! Rien d’extraordinaire puisqu’en tournant le coin avec la rue Terre Neuve, nous nous trouvons projetés parmi les étoiles en compagnie de Yoko Tsuno (40). Il nous faut maintenant rejoindre le boulevard du Midi où nous attend le Chat de Geluck (27). En nous dirigeant vers la Gare du Midi, nous levons les yeux pour apercevoir Tintin et Milou au sommet de l’immeuble du Lombard. Une belle façon de terminer notre parcours…
(N’hésitez pas à prendre une troisième journée pour visiter le quartier des Marolles et la Place du Jeu de Balle sur laquelle se tient encore aujourd’hui le fameux marché aux puces où Tintin trouve la maquette de la Licorne !)

Le sexe pour seul réconfort… ?

Fin des années 2010, le Japon digère la catastrophe de Fukushima et est secoué par des attentats et des mouvements étudiants. Setchan est indifférente à toute cette agitation et n’est pas plus intéressée par ses études. Mélancolique et solitaire, elle ne trouve qu’un peu de réconfort dans le sexe mais il lui est impossible de s’attacher à ses partenaires d’un soir. Akkun mène une vie plus rangée. Brillant à l’université, il sort avec la même fille depuis des années mais il n’est pas plus heureux. Si tout semble les séparer, Setchan et Akkun partagent ce même détachement par rapport à l’existence qui va paradoxalement les rapprocher…À l’image de ses personnages principaux, « Le monde selon Setchan » donne l’impression d’un récit flottant et vaporeux. Pourtant, on s’attache réellement à Setchan et Akkun, deux jeunes adultes qui refusent de se glisser dans le moule de cette société japonaise formatée et de renoncer à leur innocence, leur sentimentalisme, leur fragilité. Une quête de sens singulière et sensible pour deux écorchés vifs désabusés et nonchalants.    (Philippe)
Le Monde selon Setchan de Tomoko Oshima, Le Lézard Noir,  10,50€ (11,00€)
---
Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Nouveautés

Sengo tome 3 de Yamada, Casterman9.10€ (9.45€)
Beastars tome 11 de Itagaki, Ki-Oon6,80€ (7,15€)
Ranma 1/2 tome 15 de Takahashi, Glénat, 10,50€ (11,00€)
Gunnm Last Order Ed. originale 9 de KishiroGlénat9,50€ (9,95€)
Vinland Saga tome 23 de Yukimura, Kurokawa7,60€ (8,00€)
GTO Paradise Lost tome 12 de Fujisawa, Pika6,90€ (7,20€)
The ancient magus bride tome 11 de Yamazaki, Komikku7,90€ (8,25€)
Jojolion tome 17 d’ArakiDelcourt6,90 (7,25€)
Arslân tome 12 de Tanaka et Arakawa, Kurokawa7,60€ (8,00€)
---
Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Kusunoki, un disciple talentueux de Tsuge !

Après la cuisante défaite de la Seconde Guerre mondiale, le Japon se cherche une nouvelle identité qui se manifeste par une course effrénée à la modernisation et une occidentalisation brutale de son mode de vie. Dès les années ‘60, des auteurs de mangas comme Yoshiharu Tsuge ou Yoshihiro Tatsumi s’élèvent contre la mutation de cette société que le sort des classes populaires indiffère totalement. Tout comme ses illustres prédécesseurs, les histoires de Shohei Kusunoki se focalisent sur le quotidien du peuple, les valeurs qui animent ces femmes et ces hommes, leurs liens, leur courage, leurs motivations et leurs lâchetés, leur rapport à la nature et à la mort... Histoire de samouraïs, fable poétique ou récit intimiste, Kusunoki varie les styles narratifs et fait preuve d’une maîtrise graphique époustouflante tout au long de ce recueil. « Peuple invisible » fait revivre, avec force et émotion, un Japon oublié et fascinant mais nous permet également de redécouvrir un mangaka aussi méconnu que talentueux  !!!   (Philippe)
Peuple invisible de Shohei Kusunoki, Cornelius,  25,20€ (26,50€)
---
Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


 
Free counter and web stats