vendredi 12 août 2022

Comment éviter de finir libraire! (Nous, on a échoué).

Comme toute bonne chose, la BD doit se consommer avec modération. Sans quoi, le risque de finir libraire est grand !

Voici quelques signes qui peuvent alerter votre entourage… Il n’est peut-être pas encore trop tard !

o   Votre chien s’appelle Rantanplan et/ou votre chat, Azraël. (Si vous avez un mouette domestique, plus personne ne peut vous sauver).

o   Votre vie est un mélodrame : vous passez sans cesse du rire (le doux craquement qui s’échappe d’une BD qu’on ouvre pour la première fois) aux larmes (le bruit tonitruant de la BD qui tombe à terre, sur le coin de la tranche).

o   Dans votre WC, le rouleau de papier toilette est placé sur une pile de BD. (Ou mieux pire, par terre, à côté de la pile, pour faciliter la prise en main des albums)

o   Les toilettes sont d’ailleurs la seule pièce de chez vous où il n’y a pas de meuble bibliothèque. (Jusqu’à il y a peu, il n’y en avait pas non plus dans la salle de bain, mais finalement, comme la petite étagère en bambou avait pile-poil la taille des magazines Canal BD…)

o   Quand vous entrez dans sa boutique, votre libraire vous appelle par votre petit nom (voire vous claque la bise !).

o   Vous lui répondez « aujourd’hui, je regarde juste ». (…) Et en partant : « tu peux m’aider à porter tout ça à la voiture ? »

o   Parce que « oui », vous tutoyez votre libraire. Il/elle est d’ailleurs devenu un(e) ami(e)  maintenant. Après tout, vous souffrez du même mal.

o   Tout comme à peu près tous vos ami(e)s proches, depuis l’ami(e) d’enfance avec qui vous partagiez les BD à la cour de récréation, au nouveau/nouvelle collègue qui revient de sa pause déjeuner avec des sacs de chez votre libraire préféré(e) – parce qu’à force, votre collègue est devenu ami(e) avec votre libraire, même qu’ils/elles se tutoient maintenant.)

o   Quand vous partez en vacances, vous passer deux jours à télécharger les versions numériques des BD que vous avez achetées en version papier depuis 6 mois (celles que vous n’avez pas encore lues, celles que vous voulez relire et celles au cas-où il n’y aurait vraiment rien à visiter là où vous allez).

o   De toutes ces BD digitales, vous n’en lirez que deux pages, vu que finalement, il y avait bien quelque chose à visiter : une chouette petite librairie spécialisée BD sur laquelle vous êtes tombé(e) tout à fait par hasard (à 40 minutes de votre lieu de villégiature quand même, hein !).

 

Bref, si vous pouvez cocher la plupart de ces points, parlez-en à votre médecin libraire, il/elle est passé par là avant vous, il/elle vous comprend et il/elle est habilité à vous fournir votre dose…


Papeterie 2023


Basée sur le thème des « Aventures de Tintin, reporter en Orient », la nouvelle collection papeterie de Moulinsart vous présente un choix de 13 magnifiques illustrations de couvertures parues dans Le Petit Vingtième dès le mois de décembre 1932.

Calendrier mural (30 x 30 cm), 13,95€

Calendrier à poser  (17,5 x 21 cm), 9,95€

Agenda de bureau  (15 x 21 cm), 14,95€

Petit agenda  (10 x 15 cm), 9,95€

Avec Corto, le voyage tend vers l’ailleurs.

Calendrier mural (30 x 30 cm), 13,95€


Journaux de classe 2022-2023

Hunter X Hunter, Kana 9.95€

Assassination Classroom, Kana 9.95€

Boruto, Kana 9.95€

My Hero Academia, Ki-oon  9.95€

Jujutsu KaisenKi-oon 9.95€

L’Attaque des Titans, Pika 11,00€

BlueLock, Pika 11,00€

FairyTail, Pika 11,00€

Cowboy Bebop, Yinnis 13,60€

Tokyo GhoulYinnis 13,60€


Chronique: "Spider-Man, l’histoire d’une vie" de Zdarsky et Bagley

 

Dans la majorité de ses récits, Spider-Man est présenté comme un éternel jeune homme, vif et vaillant, sur lequel le temps et l’adversité ne semblent pas avoir de prise. Mais dans « L’histoire d’une vie », Spider-Man apparaît soudainement  vulnérable, vieillissant et tenaillé par l’angoisse et le doute. Une fragilité physique et psychologique dont ses ennemis héréditaires vont tenter de profiter pour l’anéantir… De ses premiers émois pour Gwen Stacy à sa lutte contre le Bouffon Vert ou le Docteur Octopus, de son amitié avec Captain America à la naissance de ses deux enfants, de la guerre du Vietnam à son sacrifice pour Miles Morales,  ce sont cinquante années de la vie de Spider-Man qui défilent et dans lesquelles s’entremêlent très étroitement le parcours de l’homme, les combats du super-héros et l’histoire des États-Unis. A l’instar du « Année Un » de Frank Miller pour Batman, « L’histoire d’une vie » peut constituer une belle porte d’entrée pour l’univers de Spider-Man ou simplement pour apprendre à mieux connaître l’homme-araignée. Un « Spider-Man » original, sensible et de très bonne qualité !   (Philippe)

Spider-Man, l’histoire d’une vie de Zdarsky et Bagley chez Panini , 21,70 (22,80€)


Chronique: "Changement de saison" de Lee Dong Eun et Jeong Yi Yong


En Corée, vivre son homosexualité au grand jour n’est pas anodin. Su-hyeon et Yong-jun préfèrent d’ailleurs cacher leur relation. Lors d'un voyage ensemble, les deux jeunes amants ont un terrible accident de voiture qui laisse Su-hyeon dans un profond coma. Alors que ce dernier reste dans un état végétatif pendant de nombreux mois, Mi-kyeong, la mère de Su-hyeon, et Yong-jun sont les deux seules personnes à encore venir le voir. Une relation atypique se crée entre les trois personnages jusqu'au jour où Mi-kyeong découvre l'homosexualité de son fils et rejette brutalement Yong-jun qui sombre alors dans la dépression... « Changement de saison » explore autant le sentiment d’injustice et d’amertume que la mère ressent face au sort de son fils que le profond sentiment de culpabilité de Yong-jun qui aurait dû être au volant au moment de l’accident. Face à l’impossibilité de communiquer avec Su-hyeon, Yong-jun et Mi-kyeong sont submergés de sentiments complexes et contradictoires qui les isolent dans leur détresse. Un isolement qui se fait d’autant plus ressentir dans cette société coréenne conservatrice, obnubilée par les gages de réussite sociale tels que le mariage, l’honneur de la famille et un emploi stable. Autant de critères qu’aucun des trois personnages ne remplit et qui font d’eux des parias. Alors, si plutôt que de se désunir, Mi-kyeong, Yong-jun et Su-hyeon puisaient dans l’adversité et la douleur, la force de se pardonner, de s’accepter et de recommencer une nouvelle vie… ? « Changement d’adresse » surfe sur les non-dits et suggère bien plus qu’il ne montre ; la colère est souvent tue et les émotions ravalées. Mais même dans la retenue, ce récit de blessures et de guérison, d’amour et de rédemption, génère une franche lumière et une intense émotion ! (Philippe)

 Changement de saison de Lee Dong Eun et Jeong Yi Yong chez Çà et Là , 20,90 (22,00€)


Sur les écrans (petits et grands) :

(Pour regarder, cliquez sur la vidéo ou sur ce lien.) 

The sandman de Neil Gaiman chez Urban Comics (FR)/ DC Comics (US)

Au début des années ‘8O, la maison d’édition américaine DC Comics entrevoit la possibilité de travailler avec de jeunes scénaristes et dessinateurs britanniques, à la fois fins lettrés et politiquement engagés. Elle débauche donc ces talents en leur proposant de dépoussiérer d’anciens héros de son catalogue. Le britannique Alan Moore reprendra ainsi le personnage du Swamp Thing à partir de février 1984. En octobre de la même année, Moore fait sauter les réglementations du Comics Code chez DC Comics en évoquant nudité, zombies, inceste et nécrophilie dans le 29ième numéro de la Saga du Swamp Thing intitulé « Love and Death ». Et c’est ce numéro bien précis que Neil Gaiman achètera en attendant son train sur le quai de la gare Victoria. Agé alors de 24 ans, ce jeune journaliste musical et critique de littérature fantastique ne s’intéresse que lointainement à la Bande Dessinée. Il vit alors une véritable révélation. (Lire la suite de notre dossier « Sandman »…)

(Pour regarder, cliquez sur la vidéo ou sur ce lien.)

La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu chez Delcourt

Une jeune femme se réveille sur un banc. Elle semble égarée et elle peut bien l'être! Elle ne se souvient de rien; ni de son nom, de son adresse, de son travail, de ses amis, ni même de sa famille... Après avoir émis de rocambolesques hypothèses sur la raison de son état (conspiration internationale, enlèvement extra-terrestre), la jeune femme finit par retrouver son appartement. Un problème de taille se pose soudain: elle ne reconnaît rien des objets qui l'entourent. PIRE: elle ne se reconnaît dans aucun d'eux. Celle qu'elle était il y a 24 heures encore peut-elle vraiment être si différente de celle qu'elle est aujourd'hui? Parviendra-t-elle à retrouver la mémoire et redevenir "Eloïse Pinson"? Le voudra-t-elle seulement? Au travers de ce récit mettant en scène une "amnésie de cinéma", Pénélope Bagieu et Boulet nous offrent un album-concept divertissant, drôle, décalé et bien moins léger qu'il n'y paraît. (Nicolas)



mardi 19 juillet 2022

Dossier Hallyu

Vous n’avez certainement pas pu échapper à la vague coréenne qui déferle sur le monde depuis quelques années. Du groupe K-pop BTS à la série événement « Squid Game » en passant par la Palme d’Or « Parasite » (ou « Broker » du Japonais Kore-eda mais produit en Corée), la culture sud- coréenne déferle dans tous les domaines et celui de la bande-dessinée n’en est pas exempt…

A vrai dire, le phénomène n’est pas nouveau. Si l’occident a découvert l’existence de ce petit pays, voisin du Japon, avec Psy et sa chanson « Gangnam Style », les coréens avaient déjà « envahi » culturellement toute l’Asie, l’Amérique du sud, l’Inde, le Moyen-Orient et même une partie de l’Afrique depuis près de 20 ans. A l’instar des américains (petit Papa Noël quand tu m’apporteras un beau camion coca-cola),  le gouvernement coréen soutient fermement le mouvement « Hallyu » (vague coréenne) dans tous les secteurs du divertissement, offrant ainsi une belle vitrine au pays (tourisme) et à ses marques (exportation : Samsung, Hyundai, Kia, Daewoo, etc.).

Une pandémie plus loin, l’industrie sud-coréenne domine les marchés des webtoons et des dramas (séries tv asiatiques) tandis que le Japon garde la main sur les marchés des mangas et des séries animées. Encore que… Les choses sont en réalité bien plus complexes que ça, une œuvre subissant généralement de multiples adaptations dans les deux pays (et on ne vous parle même pas des jeux vidéo ^^).

On a tenté de vous offrir un petit panel de ce qui se fait avec vos mangas/manhwa préférés dans les 2 pays.

Petit lexique pour bien tout comprendre :

Manga : bande dessinée japonaise

Manhwa : bande dessinée sud-coréenne

Webtoon : manhwa créés en ligne dans un format spécialement adapté aux smartphones.

Webcomics : BD, mangas, comics, etc. créés en ligne dans un format spécialement adapté aux smartphones. (Même si le terme « webtoon » tend à s’étendre de + en + à toute la production dans ce format, quel que soit le pays d’origine.)

J-drama/K-drama : série télévisée live-action japonaise (J) ou coréenne (K)

Animé : série TV ou film en dessins animés

---

Mangas adaptés en J-dramas*

Tokyo Tarareba Girls par  Akiko Higashimura, Le Lézard Noir

Don’t call it Mystery par Yumi Tamura,  Noeve Grafx

La Voie du tablier par  Kousuke Oono, Kana

 

Elle ne rentre pas, celle de mon mari par  Kodama et Yukiko Goto, Le Lézard Noir

La cantine de minuit par Yarô Abe

Mangas adaptés en K-dramas*

Hana Yori Dango par Yoko Kamio, Glénat

Lui ou rien par Yuu Watase, Kana

Liar Game par Shinobu KaitaniTonkam (épuisé)

 

Dr. Jin par Motoka Murakami, Tonkam (épuisé)

City Hunter par Tsukasa Hojo, Panini

Webtoons/manhwas adaptés en K-dramas*

Itaewon class par Jo Gwang  Jin, webtoon sur Kakao (J-dramaRoppongi class)

Sweet Home par Kim Carnby et Hwang Young Chan, Ki-oon

Hellbound par Yeon Sang Ho et Choi Kyu SokKbooks

True Beauty par YaongyiKbooks

Qu’est-ce qui cloche avec la secrétaire kim ? par Kim Myong Mi et Jeong Gyeong Yun, Kbooks 


Webtoons/manhwas adaptés en animés*

Tower of God par SiuOtoto

Solo Leveling (webtoon adapté d’un webroman) par Chugong et DubuKbooks – animé confirmé pour 2023 ! 

The God of High school  par Park Yong Je, Kbooks

Freezing par Lim Dall Young et Kim Kwang HyunBamboo

Kurokami par Lim Dall Young et Park Sung Woo, Ki-oon (épuisé).

Mangas adaptés en animés*

Spy X Family par Tatsuya Endo, kurokawa

Jujutsu Kaisen par Gege AkutamiKi-oon

Demon slayer par Koyoharu Gotouge, Panini

Hunter X Hunter par Yoshihiro Togashi, Kana

Blue Lock par Muneyuki Kaneshiro et Yusuke Nomura, Pika


*Cliquez sur les titres pour regarder les trailers.


Chronique: "Les feuilles volantes" d’Alexandre Clérisse

En 1990, Max est un petit garçon qui rêve de devenir illustrateur de bande-dessinée. Le jour où il découvre d’anciens tampons d’imprimerie dans les ruines d’une abbaye, il tient enfin l’idée d’un scénario. Il donne alors vie à Raoul, moine copiste du Moyen-âge, qui lui-même dessine la vie de Suzie, illustratrice en 2070 qui, de son côté, dessine la vie de Max ! Tandis que leurs histoires s’imbriquent les unes dans les autres, une chose devient claire : aucun d’eux n’est proprement maître de son récit. Mais alors, qui tire les ficelles dans cette boucle narrative où chacun est à la fois auteur et personnage ? Après les brillants « L’été Diabolik » et « Une année sans Cthulhu », écrits avec Thierry Smolderen, Alexandre Clérisse revient, seul, et s’attaque à la fois au dessin et au scénario. Et si on s’extasie une fois encore sur son style graphique si particulier, on est également séduit par son histoire qui oscille entre le récit fantastique, d’introspection, d’aventure ou encore de science-fiction. Un titre totalement à la croisée des chemins qui a tout pour plaire !   (Gaëlle)

Les feuilles volantes d’Alexandre Clérisse chez Dargaud , 21,90 (23,00€)


Chronique: "Écoute, jolie Márcia" de Marcello Quintanilha

Les relations sont tendues et électriques entre Marcia et sa fille Jaqueline dont les  très mauvaises fréquentations sont un sujet de discorde fréquent entre les deux femmes. Bien qu’éreintée par son travail d’infirmière et sa vie de famille chaotique, le sang de Marcia ne fait qu’un tour lorsqu’elle apprend que Jaqueline a été arrêtée par la police. Déterminée et en colère, Marcia est désormais prête à tous les sacrifices pour arracher définitivement sa fille aux griffes des gangs locaux ! « Écoute, Jolie Marcia » nous immerge dans le quotidien des favelas de Rio, plombé par l’omniprésence des gangs auxquels la police livre une guerre perdue d’avance. Face au règne de la violence, de la corruption et de l’argent-roi, Marcia n’a comme seules armes pour mener son combat, que son courage et sa foi en la force indestructible des liens familiaux. Avec au bout du tunnel de ce « Écoute, Jolie Marcia », la possibilité d’une vie faite d’espoir, de dignité et de rédemption. Un Fauve d’Or d’Angoulême fort et mérité !     (Philippe)

Écoute, jolie Márcia de Marcello Quintanilha aux Éditions çà et là , 22,80 (24,00€)


Nouveautés (juillet 2022)

Tokyo Revengers # 19 de Ken Wakui, Glénat, 6,60€ (6,90€)

My Hero Academia # 33 de Kohei HorikoshiKi-oon6,30€ (6,60€)

Demon Slayer # 23 de Koyoharu Gotouge, Panini, 7,00€ (7,29€) – FINAL !

Fire force # 24 de Atsushi Ohkubo, Kana, 6,70€ (6,95€)

Dragon Ball Super # 17 de Toyotaro et Toriyama, Glénat, 6,60€ (6,90€)

Dr. Stone # 21 de Boichi et Inagaki, Glénat, 6,60€ (6,90€)

Toilet-bound Hanako-kun # 8 de Aidairo, Pika, 7,20€ (7,55€)

Moi, quand je me réincarne en Slime # 19 de KawakamiMitz Vah et Fuse, Kurokawa7,30€ (7,65€)

The Elusive Samurai # 3 de Yusei Matsui, Kana, 6,70€ (6,95€)

Yuyu Hakusho Star Ed. # 5 de Yoshihiro Togashi, Kana, 8,40€ (8,85€)

Berserk # 41 de Kentaro Miura, Glénat, 6,60€ (6,90€)

Dur-an-ki de Kentaro Miura, Glénat, 7,30€ (7,60€)

Sakamoto Days # 3 de Yuto Suzuki, Glénat, 6,60€ (6,90€)

Kaguya-sama: Love is War # 10 d’Aka Akasaka, Pika, 6,90€ (7,25€)

Komi cherche ses mots # 1 et 2 de Tomohito Oda, Pika, 6,90€ (7,25€) pièce

Lone Wolf & Cub  Edition Prestige # 3 de Koike et Kojima, Panini, 30,60€ (32,15€)

Les Carnets de l'Apothicaire # 9 de Nanao et NekokurageKi-oon7,60€ (7,90€)

Asadora ! # 6  de Naoki Urasawa, Kana, 7,20€ (7,55€)

Blue Period # 10 de Tsubasa Yamaguchi, Pika, 7,20€ (7,55€)

Midnight Secretary Perfect Edition # 4 de Tomu Ohmi, Soleil, 14,30€ (15,05€)


 
Free counter and web stats