lundi 6 août 2018

Place des Grandes Femmes

Le premier semestre de cette année fut marqué par la propagation sur les réseaux sociaux du hashtag « #MeToo » dont le mouvement débuté fin 2017 a révélé l’existence d’abus et de discriminations à l’encontre des femmes dans tous les milieux et à tous les niveaux. Et dans le « petit monde de la BD » ? Qu’en est-il ?
  « Oh pardon, je vous avais prise pour une stagiaire »
Selon les chiffres officiels, les femmes représenteraient 12,4% des auteurs de BD francophone. A l’image de notre société en général, les autrices seraient (encore) moins bien rémunérées que leurs collègues masculins comme le relève une enquête réalisée en 2016 par les Etats généraux de la BD (EGBD). Une sur deux vivrait en dessous du seuil de pauvreté contre un homme sur trois.
Et le sexisme n’y est pas pour rien… Entre celles qui se sont entendu dire « tu ferais mieux de faire des gosses » et celles qui ont perdu leur contrat au moment de leur grossesse, il semblerait qu’il leur soit plus difficile dès le départ de se faire publier. Par ailleurs, être publiée, n’est pas pour autant un gage de reconnaissance professionnelle, en témoigne l’absence de femmes dans la première sélection des auteurs nommés au Grand Prix du FIBD d’Angoulême en 2016. Le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme avait alors appelé au boycott du festival, mais ce n’est qu’après l’intervention d’auteurs-hommes que la presse s’intéressera à la polémique, ce qui débouchera sur une nouvelle méthode de nomination au Grand Prix.
“Qu'est-ce que ça fait d'être une fille dans la BD ?”
C’est en 1905 que Jacqueline Rivière crée « Bécassine » afin de combler un trou dans l’hebdo dont elle est rédactrice en chef, faisant d’elle la première autrice à succès de la BD française. Mais le chemin à parcourir jusqu’à la parité est encore long.
Dans les années 1970, la bande dessinée s’ouvre à de nouveaux genres, plus introspectifs et on assiste à l’émergence de femmes comme Claire Bretécher ou Florence Cestac qui marqueront, à l’instar de leurs pendants masculins de l’époque, un tournant dans l’histoire de la bande dessinée.
En 2000, année qui consacre Florence Cestac Grand Prix d’Angoulême, paraît « Persepolis » de Majane Satrapi (à L’Association). Quatre ans plus tard, plus de 200 000 exemplaires avaient été vendus. Ce succès inédit pour un premier album met en avant une nouvelle évolution de la BD. Dessinée en noir et blanc, au format entre le roman et la BD traditionnelle et au contenu autobiographique,  la série attire l’intérêt d’un nouveau public pour la bande dessinée. Parmi ce nouveau lectorat, un nombre important de femmes, ce qui pousse les éditeurs à s’intéresser à cette nouvelle cible (pour le meilleur et pour le pire). Des collections de et/ou pour femmes ( « Traits féminins », « Fluide Glamour », …) sont créées et des expositions de femmes sont montées. Mais tout y est mélangé, peu importe la forme ou le contenu. « Femme » est le seul critère « définissant ». Ce qui fait s’interroger Pénélope Bagieu : « Pourquoi pas monter des expos de roux ou de gens qui chaussent du 42 ! »
Ces dernières années, l’explosion d’internet a rendu visible une série d’autrices (et d’auteurs) qui ont pu se servir du succès de leurs blogs comme tremplins pour être éditées (Pénélope Bagieu, Margaux Motin, etc.). D’autres, non-professionnelles, comme Emma (qui a fait le buzz avec le concept de « charge mentale » et a depuis quitté son boulot d’ingénieure informaticienne pour se consacrer à la BD) choisissent la bande dessinée comme forme d’expression de leurs opinions, revendications ou simplement de leur quotidien (Trame ou le quotidien d’une conductrice  de trams à Bruxelles).
« Pourquoi tu continues pas tes séries de filles, là ? »
Les premières bandes dessinées ont été créées par des hommes et s’adressaient aux garçons. Longtemps, les personnages féminins ont été cantonnés à des rôles passifs de femmes au foyer (la mère de Boule) ou à des rôles de personnages stéréotypés, sources d’ennuis (« La » Castafiore, les épouses d’Agecanonix et Cetautomatix).
En 1953, Franquin créée Seccotine, journaliste d’investigation très capable, indépendante et moderne. Dans sa lignée, suivront Laureline (1967), Yoko Tsuno (1970) ou encore Adèle Blanc-Sec (1976).
Mais parallèlement apparaît la Schtroumpfette (1966) qui vient renforcer l’aspect caricatural de la représentation (et de l’utilisation) du personnage féminin. On parle d’ailleurs du « syndrome de la Schtroumpfette » pour décrire le concept typique du groupe de copains (ayant chacun ses propres caractéristiques qui le définissent comme individu) avec une seule fille qui n’existe que dans sa relation aux garçons (et dont la caractéristique qui la défini est d’être … une femme). Il y a donc le costaud, le grognon et la femme.
Toutefois, à partir des années 80, les femmes commencent à s’imposer en tant qu’héroïnes principales et moteurs de leurs aventures (Agrippine, Aria, Pélisse, Isa des « Passagers du vent », Nävis, etc.). Elles ne sont pas pour autant toujours libérées des clichés sexistes, parfois véhiculés par des autrices elles-mêmes, tant ils sont intégrés. Ainsi, après la mère de famille et la femme fatale, voici l’accro au shopping et avec elle, un nouveau « genre narratif » : la « BD girly » ou « BD de femmes ». Autrement dit, le syndrome de la Schtroumpfette étendu à tout le médium : à côté de la science-fiction, de l’humour et des polars, le rayon « filles ». (Et on notera au passage, que le shopping, c’est féminin. Les hommes préfèrent le foot, c’est bien connu).
« C’est un bien beau métier pour une femme »
« Définir les goûts et aptitudes des gens selon leur sexe biologique ou leur genre est un préjugé qui ne repose sur aucune réalité. » (Charte des créatrices de bande dessinée contre le sexisme)
Nous vous proposons ci-dessous une sélection de BD que nous défendons à la librairie, non pas parce qu’elles sont créées par des femmes (elles ne le sont pas toutes, d’ailleurs), mais parce que ce sont des œuvres qui nous ont semblé sortir du lot parmi les innombrables parutions. Nous vous invitons à prendre le temps de lire nos chroniques, à venir feuilleter les albums à la librairie, à vous renseigner auprès de notre équipe, car tous les sujets ne vous parleront pas, tous les dessins ne vous plairont pas. Les autrices sont aussi uniques que vous l’êtes. Les héroïnes, réelles ou fictionnelles, peuvent vivre 1000 vies et autant d’aventures…
Pour aller plus loin, rendez-vous sur le site du Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme. Vous y trouverez la charte signée par plus de 250 femmes, autrices, auteures, créatrices de BD ainsi que leurs témoignages souvent édifiants de comportements et de commentaires sexistes dont le milieu du 9ème Art n’est malheureusement pas exempt.

Sélection créatrices

Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne, Dargaud
Le 2 juin dernier, le Français Thomas Pesquet, 38 ans, astronaute, rentrait sur Terre après avoir passé 6 mois dans la Station spatiale internationale. Dans cette bande dessinée de reportage, Marion Montaigne raconte avec humour le parcours de ce héros depuis sa sélection, puis sa formation jusqu'à sa mission dans l'ISS et son retour sur Terre. (La chronique de Pascal)
L'été fantôme d’Elizabeth Holleville, Glénat
Louison et sa grande sœur viennent passer les vacances d’été chez leur grand-mère. Mais malgré l’immense jardin de la maison et le soleil éclatant du sud, la cadette s’ennuie. Jusqu’au jour où elle fait la rencontre de Lise. Une jeune fille qui n’est autre que le fantôme de sa grand-tante, morte il y a soixante ans dans des circonstances mystérieuses. (La chronique de Philippe)
Monsieur désire ? de Virginie Augustin et Hubert, Glénat
Dans l'Angleterre victorienne, Lisbeth, une domestique plutôt discrète, vient d'entrer au service d'Édouard, un noble irritant de suffisance, provocateur et blasé. Habitué à choquer son entourage par le récit de ses frasques, ce jeune dandy découvre en sa nouvelle servante quelqu'un de moins docile et impressionnable qu'il ne le croyait. (La chronique de Pascal)
I'm every woman de Liv Strömquist, Rackham
C'est d'épouses, fiancées et copines dont il est question dans ce livre... Madame Elvis Presley, Madame Joseph Staline, Madame Jackson Pollock et plein d'autres. Réunies par un seul et même destin : être les victimes d'hommes incapables de se comporter de façon normale et raisonnable avec leur partenaire. (La chronique de Philippe)
Mauvais Genre de Chloé Cruchaudet, Delcourt
Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Désormais il se fera appeler Suzanne. (La chronique de Bernard)
Plus ou moins… de Peggy Adam, Atrabile
Marie l’ingénue, Véra l’experte, Joao le tombeur ou Josie le travesti, autant de figures attachantes dont la vie affective se croise et se décroise tout au long de cet ouvrage frais, drôle et provocant. (La chronique de Philippe)

---

Sélection héroïnes

Spinning de Tillie Walden, Gallimard Jeunesse
Depuis l'enfance, le patinage artistique rythme la vie de Tillie Walden. Mais rien ne va plus de soi quand vient l'adolescence... Au fil des épreuves qu'elle traverse, se dessine le portrait touchant d'une jeune femme qui affirme son homosexualité et revendique sa liberté. (La chronique de Philippe)
Lulu Femme Nue d’Etienne Davodeau, Futuropolis
Abandonnant mari et enfants, Lulu décide de ne pas rentrer à la maison. Elle n'a rien prémédité. Ça se passe très simplement. Grisante, joyeuse, dangereuse et cruelle, l'expérience improvisée de Lulu en fera une autre femme... (La chronique de Nicolas)
Frances de Joanna Hellgren, Cambourakis
Frances nous plonge dans le quotidien d'une jeune orpheline recueillie par sa tante. Evoluant dans un monde d'adultes souvent victimes d'un handicap affectif lié au poids des convenances et de leur passé familial, la jeune fille tentera de trouver ses marques au fil de rencontres qui définiront profondément sa personnalité en devenir. (La chronique de Dominique A – oui, oui, lui-même)
Rosalie Blum de Camille Jourdy, Actes Sud
Vincent, 30 ans, célibataire, solitaire mène une vie ennuyeuse et routinière partagée entre son salon de coiffure et sa mère possessive et farfelue. Un jour, il croise Rosalie dont le visage lui parait étrangement familier. Sous prétexte de vouloir l'identifier, il se met à la suivre… (La chronique de Nicolas)
Femme rebelle de Peter Bagge, Nada
Dans ce roman graphique documenté, drôle et inspiré, Peter Bagge dresse le portrait de Margaret Sanger. Féministe d'avant-garde, activiste radicale, provocatrice et controversée, fondatrice du planning familial, Margaret Sanger a fait de l'accès à la contraception et à l'éducation sexuelle une arme contre la pauvreté et l'oppression. (La chronique de Pascal)
Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien d’ Ulli Lust, Éditions çà et là
Autriche, 1989. Ulli Lust a vingt-deux ans et vit à Vienne où elle tente de faire carrière comme illustratrice tout en alternant petits boulots et aide sociale. Ulli vit avec Georg. Suite à une rencontre dans un parc, elle s'engage dans une relation avec Kim, un jeune nigérien. Mais Ulli tient à continuer sa relation avec Georg, tout en étant avec Kim... (La chronique de Philippe)


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Papeterie Tintin

Une collection exceptionnelle de visuels sur les thèmes : Objectif Lune et On a marché sur la Lune. Une année 2019 qui s'annonce étoilée comme jamais !
Calendrier mural (30 x 30 cm), 13,95€
Calendrier à poser  (15 x 21 cm), 8,95€
Agenda de bureau  (15 x 21 cm), 14,95€
Petit agenda  (9 x 16 cm), 8,95€

Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Chronique: The promised Neverland

A l’orphelinat Grace Field House, la jeune Emma est appréciée de tous pour son dynamisme et sa gentillesse. Avec Norman et Ray, aussi intelligents que débrouillards, elle est l’une des « leaders » de la petite communauté d’enfants dirigée par « Maman », la douce directrice de l’institut. Rien ne semble pouvoir perturber ce bonheur parfait jusqu’au jour où Emma et Norman découvrent, par hasard, un ignoble secret...L’orphelinat n’est en réalité qu’un élevage, une réserve de chair humaine destinée à des démons auxquels Maman livre régulièrement des enfants en pâture ! Alors que leur monde idyllique s’éffondre littéralement sous leurs pieds, Emma, Norman et Ray comprennent qu’ils n’ont plus d’autre choix que de fuir pour survivre ! Si le rythme trépidant est typique d’un shonen,  « The Promised Neverland » se distingue par un récit énigmatique, tendu et déroutant. Trahison, retournements de situation, cruauté et manipulation, les premiers tomes de « The Promised Neverland » constituent un très bon thriller psychologique et fantastique !   (Philippe)
The promised Neverland de Kaiu Shirai et Posuka Demizu, Kaze, 6,70€/p. (7,00€)

---
Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Funko POP !


POP! Harry Potter #55-60: Herbology, 15,95€/p.
POP! Disney #254: Winnie the Pooh – Bourriquet, 15,95€
POP! Rocks #76: Ed Sheeran, 15,95€  
POP! Movies #542: ITPennywise, 15,95€

Plus de modèles en magasin… Venez les voir!


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


mercredi 11 juillet 2018

Quelques parutions récentes


Assassination classroom tome 21 de Matsui, Kana, 6,60€ (6,85€)
Hanada le garnement tome 5 d’Isshiki, Ki-Oon, 7,80€ (8,15€)
Gunnm Mars chronicle tome 5 de Kishiro, Glénat, 7,60€ (8,00€)
Tokyo Ghoul Re tome 12 d’Ishida, Glénat, 7,20€ (7,50€)
The Promised Neverland tome 2 de Shirai et Demizu, Kazé, 6,70€ (7,00€)
Moriarty tome 1 de Miyoshi et Takeuchi, Kana, 6,60€ (6,85€)
- Coffret collector disponible, 9,90€
Black cover tome 13 de Tabata, Kazé, 6,70€ (7,00€)
One Piece tome 87 d’Oda, Glénat, 7,20€ (7,50€)
Dragon Ball Super tome 4 de Toriyama et Toyotaro, Glénat, 7,20€ (7,50€)
Hunter X Hunter  tome 35 de Togashi, Kana, 6,60€ (6,85€)
Fairy Tail tome 63 de Mashima, Pika, 6,90€ (7,20€)
- Édition limitée disponible, 12,90€
My Hero Academia tome 14 de Horikoshi, Ki-Oon, 6,50€ (6,80€)

---
Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Chronique: La Tragédie brune

S’il avait vécu à notre époque, Xavier de Hauteclocque aurait été considéré comme un lanceur d’alerte,  à l’instar d’Edward Snowden ou Antoine Deltourt. Grand reporter et ami de Joseph Kessel, ses allées et venues dans l’Allemagne des années 30 lui ont permis de se façonner une image singulière du pays. Chargé par son rédacteur en chef de couvrir la parodie d’élections devant se tenir en novembre 1933, Hauteclocque découvre une population aux abois dans un Berlin devenu l’ombre de lui-même. Entre la compromission des élites, les assassinats déguisés, les arrestations arbitraires et les premières déportations d’opposants et de juifs, le journaliste dresse le constat accablant d’une société plongeant irrémédiablement en plein chaos… A l’instar de l’espion soviétique Richard Sorge dont les mises en garde sur l’imminence d’une attaque allemande furent ignorées par Staline,  le travail de Xavier de Hauteclocque n’eut que peu d’échos au sein de l’opinion publique française. Un combat pourtant courageux qu’il paya de sa vie et auquel Thomas Cadène et Christophe Gaultier rendent un bel hommage. (Matthieu)
La Tragédie brune de Thomas Cadène et Christophe Gaultier, Les Arènes BD, 21,80€ (22,85€)
---
Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Chronique: Wannsee

Janvier 1942. Alors que la guerre s’enlise sur le front de l’Est, les hauts dignitaires nazis décident de résoudre, de manière définitive, « la question juive ». Mais cette entreprise titanesque nécessite l’aide technique et l’implication de tous les ministères (justice, police, transports…). Réunis lors d’une conférence secrète à Wannsee, les hauts fonctionnaires de l’état vont être mis sous pression par Heydrich et les SS présents, afin de valider leur projet barbare. Au final, il faudra moins de deux heures à l’assemblée pour sceller le sort tragique de millions de personnes et tracer les grandes lignes de la « solution finale » ! Bien documenté, Wannsee est intéressant à plusieurs niveaux. Il met d’abord en lumière les divergences de vue entre l’appareil politique allemand « classique » d’une part et les nazis d’autre part. Mais il démontre également la peur qu’inspiraient les SS à cette classe politique puisque malgré la cruauté de leurs méthodes, ils ne rencontrèrent que très peu d’opposition. Wannsee fait également ressortir le rôle fondamental du bouc émissaire dans la politique nazie car l’éradication du peuple juif doit permettre de fédérer toute une nation selon l’un des principes d’Hitler, le « Blutkritt », le ciment par le sang… Wannsee, un livre glacial et édifiant qui nous laisse toujours aussi abasourdis et sans réponse face à un tel degré de perversité, d’endoctrinement et d’inhumanité !!   (Philippe)
Wannsee de Fabrice Le Henanff, Casterman, 17,10€ (18,00€)

---
Certaines réductions pourront être soumises à des modifications ultérieures.


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


Funko POP !

POP! Animation #309: Looney Tunes – Sylvester & Tweety, 15,95€
POP! Marvel #327: Bedtime Deadpool, 15,95€
POP! Movies #54: Ron Weasley, 15,95€
POP! Movies #586: Jurassic World - Blue, 15,95€
POP! Star Wars #239: Chewbacca, 15,95€
POP! Star Wars #245: L3-37, 15,95€
Plus de modèles en magasin… Venez les voir!


Pour vous inscrire à la newsletter de notre librairie, cliquez sur l’enveloppe ci-dessous:


 
Free counter and web stats